Treize buts d’écart, 32 à 19 est le score qui a sanctionné la fameuse rencontre entre les Palencas Negras de l’Angola et les Diables rouges du Congo. Un match quasiment dominé par les angolaises, tenantes du titre, dans le gymnase Nicole Oba plein à craquer.
Rapides, fluides, audacieuses, solides, confiantes, et collectives, les angolaises ont effectué une phase de poule sans faute et sans faille bref, un tableau bien peint. 4 sorties pour 4 victoires. Face aux Congolaises, elles ont su dominer toute la rencontre, ce 07 Décembre 2018 en soirée.

Spectaculaire

Le tout commence dès la 1ere minute à la 4e, avec déjà 3buts d’écart. A la 7e minute, les Palencas Negras réalisent 4 buts d’écart avant de voir les Congolaises marquer leur 1er but de la partie. A la 23e minute, les Angolaises poursuivent leur lancé en creusant l’écart à 10 buts, soit 15 à 5.
Une première période cauchemardesque pour les diablesses qui sont renvoyées aux vestiaires sans pour autant inscrire au moins 10buts. Incroyable pour le pays hôte depuis l’ouverture de cette 23e édition, mais vrai quand il s’agit de jouer face à l’équipe dix fois championne d’Afrique. 18 à 9 à la pause.

Angola, un poids de trop…

Revenues sur l’aire de jeu, les Angolaises plus avisées ont su semer le trouble dans le jeu des Congolaises imposant un sévère écart de 16 buts à la 44e minute. Un score de 11-27 de la 30e à la 47e minute, les protégées de Thierry Vincent, ont enfoncé la boule dans la lucarne adverse seulement deux fois, notamment, à la 31e et la 32e minute.

Découragées, passives, la peur au ventre et incohérentes lors de la construction du jeu, les Congolaises ont quand même évité de prendre une raclée, question d’honneur face au poids de l’équipe championne en titre.
Outre cette défaite, le Congo doit se servir des erreurs commises face à l’Angola en optant de nouvelles stratégies pour la suite de compétition (1/4 de final). L’étape s’avère cruciale, surtout avec le Cameroun comme adversaire qui a un effectif aussi robuste et rapide.

Prendre le taureau par ses cornes

En dépit de tout, les Diablesses doivent obligatoire surmonter leur crainte et regagner toute leur confiance puisque même en s’imposant devant le Cameroun, elles retourneront dans l’empire angolais en demi final. Un défi à relever sans nul doute sinon, ce serait un déshonneur se faire battre Aller/ Retour chez soi, en plus devant son public.

‘‘Un sursaut d’orgueil peut générer une détermination solide aux allures du pays qui abrite la grande compétition. Une pensée positive peut leur booster à jouer avec faste, au meilleur remporter le sacre’’.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
18 − 12 =