De nationalité congolaise, le présumé trafiquant a été arrêté le 26 avril 2019, en flagrant délit de détention, circulation illégales et tentative de commercialisation de trois pointes d’ivoire, représentant deux éléphants abattus.

L’arrestation a eu lieu à Poto-Poto, dans le troisième arrondissement de Brazzaville, par les éléments de la gendarmerie nationale, avec l’appui de la Direction Départementale de l’Economie Forestière  et du Projet  d’Appui à l’Application de la Loi sur la Faune Sauvage (PALF).

Ces ivoires proviendraient du district de Zanaga dans le département de la Lékoumou. Après son interpellation, il a été placé en maison d’arrêt, pour être entendu par le Tribunal de Grande Instance de la ville capitale. Il risque une peine ferme suite à son acte qui va à l’encontre de la protection de la biodiversité. C’est ce qui traduit une fois de plus, la volonté du Congo, très engagé à protéger ses éléphants.

Par ailleurs, le massacre des éléphants devient de plus en plus alarmant au cours des dernières années. Le trafic des espèces fauniques au monde est devenu mondialement répandu, plus organisé, plus lucratif, et plus dangereux que jamais.

A en croire un rapport publié par Wildlife Conservation Society (WCS), les éléphants des forêts d’Afrique ont décliné de 62% en 10 ans. Ce même rapport ajoute que chaque 15 minutes, en moyenne un éléphant est illégalement abattu sur le continent africain pour nourrir une demande insatiable en ivoire.  Le commerce illégal des produits de la faune conduit à l’extinction des espèces fauniques à travers le monde.

Cependant, en République du Congo,  l’éléphant fait partie des espèces animales intégralement protégées, conformément à l’arrêté n°6075/MDDEFE / CAB du 9 avril 2011 déterminant les espèces animales intégralement et partiellement protégées.

Aussi, l’article 27  de la loi 37/2008, du 28 novembre 2008 sur la faune et les aires protégées déclare que  «  l’importation ; l’exportation ; la détention et le transit sur le territoire national des espèces intégralement protégées ; ainsi que de leurs trophées  sont strictement interdits ».

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
26 − 10 =