Deux grandes conclusions ont sanctionné la rencontre entre les développeurs congolais et les représentants des deux opérateurs de téléphonie mobile (MTN et Airtel), sous l’égide du directeur général du développement de l’économie numérique, Guy Roland Ntsimba ce vendredi 22 Février à Brazzaville.

Il s’agit de l’engagement de MTN et Airtel d’accompagner les développeurs en mettant à leur disposition toutes les informations nécessaires pour l’obtention des API, selon leur besoin au cours des ateliers en interne. Puis, le ministère de tutelle via le projet CAB devrait étudier la possibilité ou la nécessité de désigner un agrégateur unique du Congo pour gérer l’ensemble des startups et autres personnes désireux d’accéder à la plateforme pour solliciter des API.

A noter qu’une Interface de programmation applicative (API : Application Programming Interface) est un ensemble normalisé de classes, de méthodes ou de fonctions qui sert de façade par laquelle un logiciel offre des services à d’autres logiciels. Elle est offerte par une bibliothèque logicielle ou  un service web, le plus souvent accompagnée d’une description qui spécifie comment des programmes consommateurs peuvent se servir des fonctionnalités du programme fournisseur.

D’où, la direction générale du développement de l’économie numérique qui s’est donnée la mission d’instaurer le E-commerce dans le quotidien des Congolais vise au-delà des textes devant réglementer ce secteur, la rentabilité des différentes activités des développeurs (startups). Raison pour laquelle ceux-ci sollicitent la libéralisation des API pour la vente en ligne.

Guy Roland Ntsimba_Directeur Général du Développement de l’Economie Numérique

Cette grande ambition est soutenue par Guy Roland Ntsimba qui multiplie des réunions de contact et de sensibilisation afin de trouver un terrain d’entente entre les développeurs (sociétés et particuliers) des produits et services numériques et les deux géants opérateurs de téléphonie mobile congolais qui détiennent le monopole des transactions électroniques via leurs services Mobile Money et Airtel Money. Ce qui augure un lendemain meilleur pour l’économie numérique de notre pays.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
18 + 23 =